ALPHAJET SOLO DISPLAY ET MAXIME LENOIR DE NOUVEAU DANS LE CIEL

Alphajet Solo Display 2017 avec dérive MAX de Maxime Lenoir
ALPHAJET SOLO DISPLAY 2017

Ils seront à Limoges ces samedi et dimanche, 8 et 9 juillet 2017. Et de belle manière! C’est l’équipe de la nouvelle présentation acrobatique Alphajet Solo Display qui a plaidé en faveur de l’as tourangeau. Maxime Lenoir, le virtuose du looping en 1914 sur Blériot XI, le meilleur as de la bataille de Verdun sur son Nieuport « MAX » puis son SPAD VII « Trompe la Mort »! Alors que les combats font rage, il est porté disparu le lendemain de la reprise de Fort Douaumont, au nord de Verdun, le 25 octobre 1916. Il est ensuite oublié pendant presque un siècle.

Maxime Lenoir sur avion MAX Nieuport
(Maxime Lenoir n’est pas né à Paris mais à Chargé dans l’Indre-et-Loire)

Maxime Lenoir aurait pu rester au fond des oubliettes. Heureusement que le journaliste et auteur Didier Lecoq retrouva la trace de ce virtuose de l’air il y a quelques années. Il parvient à le faire reconnaître au niveau national puisque Maxime Lenoir est retenu pour être mis à l’honneur le 19 septembre 2014. Il est cité comme le héros de l’Indre-et-Loire dans l’opération 100 villes, 100 héros, 100 drapeaux. L’as tourangeau est ensuite célébré dans son village natal de Chargé dans l’Indre-et-Loire à l’occasion de la commémoration de l’armistice le 11 novembre 2016 et du centenaire de sa disparition. Une plaque est apposée à l’entrée de l’école à côté de la mairie. Le même jour, elle est baptisée « École Maxime Lenoir ». Il serait trop long d’énumérer ici les prouesses de l’aviateur civil puis militaire qu’était Maxime Lenoir. Vous trouverez plus d’informations ici: aeroplanedetouraine.fr et là: airforces.fr et notamment dans la deuxième partie du livre Une autre histoire de l’aviation.

Dérive Alphajet Solo Display 2017 avec MAX de Maxime LenoirRevoir MAX en bleu-blanc-rouge sur un avion était encore impensable il y a quelques mois. De même il était impensable de revoir la présentation acrobatique Alphajet Solo Display, stationnée à l’École de l’Aviation de Chasse de Tours. Ses deux futurs pilotes « Filou » et « Jim », comme par hasard, font partie du trio qui survole Chargé en hommage à l’enfant du pays qui était aussi l’as de Verdun au plus fort de la bataille. Peu de temps après, ils s’entraînent durement avec l’aide de leur coach « Zippo », un ancien pilote de la Patrouille de France, pour peaufiner des numéros aussi audacieux que les loopings de Maxime Lenoir sur son Blériot XI « Backjumper ». Maxime aurait sans doute aimé voir cela, lui qui sauvait la vie de ses camarades en osant des parades acrobatiques au milieu des Fokker en chasse, sur son Nieuport « MAX » et en Caudron et SPAD « Trompe la Mort ». Les mécaniciens ont accompli un travail d’orfèvre en peignant les motifs à tribord de l’escadrille SPA 85 « La folie » dont c’est le centenaire cette année. On reconnaît Eugene Bullard, le boxeur et pilote de chasse de l’escadrille Lafayette, qui a fait l’objet de recherches méticuleuses de Robert Pezzani car ce pilote américain de couleur (rares à l’époque) volait à centre américain de formation au pilotage à Tours, sur l’actuelle base de Parçay-Meslay. C’est à bâbord qu’on distingue clairement la silhouette du buste de Maxime Lenoir avec un magnifique MAX en bleu-blanc-rouge comme autrefois. Jim a disposé les éléments et même redessiné l’inscription « Ajt Lenoir » sur le modèle des peintures sur fond bleu qu’on peut voir sur les fuselages de la Patrouille de France. Celle de l’Alphajet E42 du Solo Display est particulièrement réussie car elle est sur fond blanc. Ceux qui ont eu la chance de l’approcher peuvent témoigner de la beauté de l’ensemble.

Dérive Alphajet Solo Display 2017 avec l'escadrille SPA85 La Folie et Eugene Bullard

De même que MAX repart pour des séries de boucles et de vrilles, l’Alphajet Solo Display renaît de ses cendres. Les deux pilotes tourangeaux on commencé leurs représentations en France et en Espagne (à Léon). Ils ont survolé les 24 Heures du Mans le 17 juin. D’après ce qui est prévu, pour l’instant, ils seront à l’affiche aux meetings aériens suivant:

La performance physique, le travail et l’expérience ont produit une performance artistique très appréciée des spectateurs qui reconnaissent volontiers que ce spectacle vaut le détour.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

FLIGHT RADIOTELEPHONY VARIANTS

GREAT VIDEO – Watch for pleasure, first. Listen carefully to the figures and phrases uttered and compare with the various texts that are enforced in the world, and in Europe. In such an extreme situation, you may understand that the procedures are turned into a faster phraseology. So, why not adopt it in GAT (General Air Traffic), after all? 😉

SUPERBE VIDÉO: Regardez d’abord pour le plaisir. Écoutez attentivement les chiffres et expressions et comparez les avec les textes en vigueur dans le monde et en Europe. Dans une situation aussi extrême, on peut comprendre que les procédures se fassent plus rapidement dans la phraséologie. Alors pourquoi ne pas l’adopter dans la CAG (Circulation Aérienne Générale), après tout? 😉

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

SCHIPOL INTERNATIONAL AIRPORT IS 100 YEARS OLD

Feb 14, 2016 – The Dutch airport will be one hundred years old in September this year. It used to be a military airfield on a meadow surrounded by a few huts. It has become one of the major airports in the world. The video here below might have been used for an Air-English examination. Let us play with questions – number 1 – according to the video, when was Schipol airport completely destroyed? Number 2 – Could you quote two major improvements that happened in the 1980s? Watch the video:

 

 

 

 

Here are the answers:

 

 
Number 1: Schipol was completely destroyed during World War 2. (listen again at 00’19 »)

Number 2: As far as the 1980s are concerned, you have got the choice between (listen again at 00’47 »):

  • The airport apron was expanded;
  • The terminal became bigger;
  • The area was beautified;
  • In time, piers and railway connections were added.
Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

WWI AIR COMBAT – WHAT IT CAME DOWN TO

What is more natural than looking back over major aviation innovations of the Great War today, the anniversary of the Armistice? Here is a very interesting video posted by the BBC on how the fighter pilots dealt with reconnaissance, bombing missions and dogfight techniques. Primitive flight controls are well explained as is the interest of performing missions with a triplane aircraft – three sets of wings are necessarily more narrow, providing the pilot with a better visual field.

From the flimsy Blériot XI to Sopwiths and Fokkers, the first aces developed early methods that are always taught in fighter schools even though beyond-visual-range air combat has taken over since. Major Charles Tricornot de Rose was considered by many as the father of air fighting as early as 1914. Then as shown in this video, the German ace Oswald Boelcke laid out a first set of rules for dogfighting called the Dicta Boelcke. Pilots’ life expectancy was not measured in years but in weeks.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

TOURS AIRSHOW 2015

Red Arrows and Patrouille de France here below

Tours French Air Force Base celebrated its centenary this year on Sunday, the 7th of June as the air base was born in late 1915, fielded with the aviation school on Caudron G3. MF33 Flight (1/33 Belfort) was born in Tours in October 1914 but there is no evidence that it was stationed at Parçay-Meslay airfield.

The airshow gathered lots of aviation professionals as well as recreational aviation booths. About 56,000 people attended the event – a bit more than expected. The Belgian F-16 solo display, the Moroccan Marche Verte, the Red Arrows, the Patrouille de France, then the Rafale were the highlights of the beautiful day. The Swiss Army Super Puma helicopter performed an outstanding display, and a P-51 D Mustang and a Spitfire delighted WW2 fighter aircraft enthusiasts. Other flypasts performed by two Dassault Flamant MD.311, de Havilland Vampire and Mosquito made the attendees dream.

The visitors could also admire numerous aircraft in the static display area: RSAF and Luftwaffe Eurofighter Typhoons, a curious Piaggio 149 as its roundel comes from the UPDAF – Uganda Peoples Defense Air Force, a Caudron C.800 glider which looked like the C.25S that were used in the movie « Don’t look now… We’re being shot at! » (La grande vadrouille) flown by famous French actors Bourvil and Louis de Funès. A nice RSAF (Republic of Singapore Air Force) Aermacchi M-346, a Dewoitine 501 which used to be stationed at Tours air base, a few WW2 Piper Cub, Dassault Mirage 2000-D, Mirage 2000-5, Rafale, and last but not least 2 A-10 Warthogs, and many more aircraft.

With the nice weather, cool northbound winds, and the smooth organisation, the event turned out to be a great success.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail