BLACK SHEEP’S DEN – L’ANTRE DES TÊTES BRÛLÉES

There are some really nice aviator pubs and restaurants throughout the world, in Alabama, Georgia, North Carolina, New-York, in London, Farnborough, Gloucestershire, Paris, Le Bourget. Some only bear the name ‘aviator’ or another one relating to aviation.

AVIATORS BAR
Bar LES TETES BRULEES, 20 Rue Verdière, La Rochelle

While strolling down a street during the summer holidays, I stumbled upon a bar totally dedicated to pilots and aircraft in La Rochelle, France last summer. It was a bit busy on a sunny Saturday afternoon when I saw this sign « LES TÊTES BRÛLÉES » and a shield over the street corner on which I could make out a black sheep. Just above was an inverted-gull-shaped aircraft outline. The picture of a bull terrier on the awning could ring a bell too. This one wore sunglasses – there must be some fun in there, I mused. « Might it be Pappy Boyington’s den? » I wondered.

Some customers let us in and we were standing engrossed with the aviation world as if it were a dream. Flight suits and flight uniforms were hanging over tables. The bar – where laughter, grins and giggles are the norm – was surrounded with badges, aviation artifacts, aircraft and pilots photos up on the walls. There were aircraft models in a showcase, and several of them hanging all over the place. Some souvenirs were dedicated to naval aviation. It looked like a small – though dense – aviation hall of fame. There was a black sign above the bar featuring a short text in white letters, which said:

IN   WORLD   WAR  II ,

MARINE   CORPS   MAJOR

GREG   « PAPPY »   BOYINGTON

COMMANDED   A   SQUADRON

OF   FIGHTER   PILOTS ,   THEY

WERE   A   COLLECTION   OF

MISFITS   AND  SCREWBALLS

WHO   BECAME   THE   TERRORS

OF   THE   SOUTH   PACIFIC .

THEY   WERE   KNOWN   AS   THE

BLACK   SHEEP .

Sure, it rings a bell! This is the introductory text to the famous series « Baa Baa Black Sheep » about the brave VMA-214 pilots who operated from the Solomon Islands during the WW2, in the Pacific War. I could have heard the theme song from « The Whiffenpoof Song » turned into a drunk-voice, exhausted-though-happy chorus:

WE ARE POOR LITTLE LAMBS,

WHO HAVE LOST OUR WAY.

BAA! BAA! BAA!

Click off and listen:

AVIATORS PUBThe black sheep shield outside, the F4U Corsairs inside and this sign you cannot miss when you enter the pub make you breathe aviation history. Everything, even the lavatory walls covered with aviation slang graffiti, are very well in unison with the local atmosphere. Each conversation is focused on flying, pilots, aircraft, and of course fun!

There is a sort of an alcove in the back room made up of genuine airplane seats, artifacts, stickers and photos. You can even drink aviation. Even though Les Têtes Brûlées is not a POL depot you can be served a Kerosene, a great cocktail always served with a grin from the waiters. Jérôme, the boss, seem to be widely known in the aviation community, far beyond La Rochelle. Whoever they are. Pilots, flight attendants, crew members, engineers, aerospace lovers, they all know the Black Sheep’s den. Aviation geeks, this is a place where you have got to go for you can expect a nice welcome.

Click HERE to go to « Bar Les Têtes Brûlées »

Why Vought F4U Corsair « WHISTLING DEATH »?

EN FRANÇAIS:

Il y a dans le monde un bon nombre de bars et restaurants consacrés à l’aviation et quelquefois à l’aérospatiale: en Alabama, Géorgie, Caroline du Nord, New-York, à Londres, Farnborough, dans le Gloucestershire, à Paris, Le Bourget. Il y en a qui ne portent que le nom « aviateur » ou d’autres qui rappellent l’aviation ou l’espace.

Alors que je flânais dans une rue pendant les vacances d’été à la Rochelle, je suis tombé tout à fait par hasard sur un bar entièrement dédié aux pilotes et aux avions. C’était assez animé en ce samedi après-midi ensoleillé lorsque je vis l’enseigne « LES TÊTES BRÛLÉES » surplombant le coin de la rue, sur laquelle on pouvait distinguer un mouton noir.  Juste au dessus, la silhouette d’un avion aux ailes en W. L’image d’un chien bull-terrier sur l’auvent en terrasse me rappelait déjà quelque chose… Ce chien portait des lunettes de soleil – on doit bien s’amuser là dedans, songeai-je. Et voici ce que je me demandais soudain: « Se pourrait-il que cette échoppe soit une des antres de Pappy Boyington? »

Des clients devant le bar nous firent entrer et nous sommes restés un moment debouts, captivés par cet univers de l’aviation, comme si c’était en rêve. Des combinaisons de vol et uniformes de personnels navigants étaient suspendus au-dessus des tables. Le bar, où fou-rires, sourires et ricanements semblent de rigueur, était décorés d’insignes, de pièces de collection d’aviation, de photos d’avions et de pilotes qui tapissaient les murs. Il y avait des maquettes d’avion dans une vitrine, et plusieurs qui pendaient un peu partout. Des souvenirs évoquaient l’Aéronavale. Cela ressemblait à un petit, quoique dense, temple de l’aviation. Pour l’accueil, au dessus du bar est affiché un panneau noir rappelant une célèbre séries TV américaine en lettres capitales blanches, traduites de l’anglais:

PENDANT LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE,

LE COMMANDANT DES MARINES

GREG « PAPPY » BOYINGTON ÉTAIT

À LA TÊTE D’UNE ESCADRILLE

DE PILOTES DE CHASSE. CELLE-CI

ÉTAIT COMPOSÉE DE MARGINAUX

ET D’AVENTURIERS QUI DEVINRENT

LES TERREURS DU PACIFIQUE SUD

ON LES CONNAISSAIT SOUS LE NOM

DE « BLACK SHEEP » (MOUTON(S) NOIR(S))

Bien sûr que cela vous dit quelque chose! Il s’agit du générique de la célèbre série « Les Têtes Brûlées » qui retraçait la saga des courageux pilotes de chasse de l’escadron VMA-214 qui opéraient depuis les Îles Salomon pendant la seconde guerre mondiale. J’aurais pu même entendre la mélodie tirée de « The Whiffenpoof Song » transformée en un refrain à l’eau de vie entonné par des voix de soiffards épuisés:

NOUS SOMMES DE PAUVRES PETITS AGNEAUX,

QUI SE SONT ÉGARÉS.

BÊÊ! BÊÊ! BÊÊ!

Le mouton noir et cet insigne à l’extérieur qu’on ne peut pas manquer et les Chance Vought F4U Corsairs à l’intérieur, font que cet endroit, dès qu’on y met les pieds, respire l’histoire de l’aviation pour votre bonheur. Tout, même les murs des toilettes, est couvert de graffitis du jargon de l’aéronautique à l’unisson avec l’atmosphère des lieux. Chaque bribe de conversation est tournée vers le vol, les pilotes et les avions et bien sûr on s’y amuse beaucoup!

Il y a un genre d’alcôve dans l’arrière-salle faite d’authentiques sièges d’avions récupérés, de pièces de collection, d’autocollants et de photos. On peut même boire aviation. Même si les Têtes Brûlées n’est pas un dépôt des essences, on peut très bien vous y servir un « KEROSÈNE », un super cocktail toujours accompagné d’un grand sourire du personnel de la maison. Il semble que Jérôme, le patron, soit très connu dans la communauté aéronautique et bien au-delà de La Rochelle. Quels qu’ils soient, pilotes, PNC, membres d’équipage, mécaniciens, passionnés de l’aérospatiale, tous connaissent « l’antre du mouton noir ». Passionnés d’aviation, il faut absolument que vous vous y rendiez parce que vous pouvez être certains qu’on va vous y réserver un très bon accueil.

Cliquez ICI pour vous rendre au bar Les Têtes Brûlées.

PREPARATION ANGLAIS OACI – BONNE NOUVELLE!

Lexique aéronautique L'Anglais pour Voler
Lexique aéronautique L’Anglais pour Voler

 

Le livre (et CD-Rom) « L’Anglais pour Voler » est devenu une référence de l’anglais aéronautique et à juste titre: les 5000 mots et 1500 abréviations compilés sont présentés à la fois par ordre alphabétique et exprimés dans des chapitres thématiques qui peuvent se révéler un excellent outil d’entraînement pour les aviateurs dans leur quête du FCL .055 pour les personnels navigants et de l’ELPAC (English Language Proficiency for Aeronautical Communication) pour les contrôleurs de circulation aérienne.

Dominique Défossez,ingénieur en chef de la navigation aérienne, contrôleur aérien et titulaire d’une maîtrise d’anglais met régulièrement à jour son lexique et CD interactif « L’Anglais pour Voler » depuis plusieurs années déjà.

Voici une très bonne nouvelle pour ceux qui sont équipés d’Apple en iPhone et iPad qui souhaitent parfaire leur anglais OACI puisque L’Anglais pour Voler est désormais disponible dans une application que vous pouvez découvrir en cliquant à droite sur l’image de la couverture de cette 5ème édition:

 

Qualification Pilote FCL .055 Anglais OACI en France – Ce qu’il Faut Savoir

(Dernière mise à jour – 10 mai 2016)

Important: le FCL 1.028 et FCL 1.200 seront remplacés respectivement par les FCL .055 et FCL .055 D à compter du 9 avril 2013.

Depuis le 5 mars 2011, tout pilote désireux de quitter l’espace aérien français doit avoir validé les deux cases FCL 1.028 et FCL 1.200 (Cases XII et XIII) sur sa licence (FCL pour Flight Crew Licensing). Cependant ces exigences peuvent aller plus loin (lire les liens de la DGAC ci-dessous)

Certain pilotes étaient détenteurs de la QRI (Qualification de Radiotéléphonie Internationale) et ont bénéficié de la « loi du grand-père ». D’autres ont passé une FCL 1.200 (FCL .055D) qui leur a permis d’incrémenter le niveau requis pour le FCL 1.028 (FCL .055 IR ou VFR).

Désormais la qualification de radiotéléphonie en langue anglaise (QRI ou FCL 1.200 en VFR ou IFR) ne suffit plus. Il faut justifier au minimum du niveau 4 OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale ou ICAO en anglais) à l’examen FCL .055 qui est une qualification différente (en langue anglaise principalement) du FCL .055D de la DGAC (qui est un examen de RTF – radiotéléphonie).

Il faut d’abord présenter le FCL .055D pour la DGAC (pas obligatoire pour d’autres organismes examinateurs) puis ensuite à échéance de votre compétence linguistique (sauf pour ceux qui ont obtenu le niveau 6),  l’examen FCL .055 ordinaire (sans QCM de compréhension de documents issus de l’aéronautique). Pour l’instant, les formats de ces deux examens se ressemblent si ce n’est que l’épreuve écrite fait partie du FCL .055D mais pas du FCL .055.

Avoir une bonne moyenne ne suffit pas: c’est la note la plus basse des sept compétences évaluées qui est retenue. Autrement dit, il faut être au mieux bon en tout et au pire mauvais dans aucune des compétences suivantes:

  • Compréhension orale
  • Prononciation
  • Débit, aisance à l’oral
  • Structures, constructions grammaticales à l’oral
  • Vocabulaire, Champs lexical à l’oral
  • Interaction
  • Compréhension écrite (QCM, uniquement pour le FCL 1.200)

On peut trouver de nombreuses informations sur des forums mais il y a un risque d’interprétation voire d’erreur et il vaut mieux prendre les informations à jour et à la source, c’est à dire sur ces liens de la DGAC (certains devraient de nouveau être mis à jour):

  1. Le contrôle de compétence linguistique du FCL .055

  2. Les modalités du contrôle de compétence linguistique

  3. L’examen FCL 1.200

Vous pouvez télécharger les publications suivantes (en partie bilingues) concernant la radiotéléphonie:

Il est important également d’acquérir le document ICAO PANS-RAC DOC 4444 ainsi que le manuel de radiotéléphonie (Manual of RadiotelephonyDoc 9432). Il est possible de trouver ces documents sur Internet mais attention, il s’agit de versions légèrement périmées et il ne faudrait pas non plus oublier que l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA, en anglais EASA qui signifie European Aviation Safety Agency) réglemente de plus en plus notre espace aérien.

X3 concept – experimental compound helicopter

The Eurocopter X3 concept is a High-speed long-range Hybrid Helicopter (H3 concept) which flies up to 220 knots or 410 km/h. Special thanks to Xavier – http://passiondesavions.blogspot.com webmaster – who stumbled upon this French-subtitled video: