BREVET D’INITIATION AÉRONAUTIQUE – Le site qu’il ne faut pas louper

Cela faisait déjà un bon moment que je souhaitais poster un article pour faire les louanges du site http://blog.ac-versailles.fr/brevetinitiationaeronautique/ car s’il y en a un qui abonde dans l’esprit du BIA et du CAEA (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Aéronautique), c’est bien celui-ci:

Blog Académie de Versailles BIA de Laurent Leroy
Aperçu du site de Laurent Leroy, professeur de l’académie de Versailles pour le BIA

De prime abord, c’est un blog comme un autre mais ceux qui sont de près ou de loin dans l’aviation, et surtout dans le BIA et le CAEA, ont tout intérêt à s’abonner ici: http://blog.ac-versailles.fr/brevetinitiationaeronautique/index.php/feed/atom  En effet, le blog est actualisé presque chaque jour et il rassemble des informations très intéressantes touchant tous les secteurs de l’aéronautique et de l’espace.

Le Bourget, SIAE 2009, Avion Dakota, Fusée Ariane
Le Bourget 2009 – Photo: Toni Giacoia

Dans la marge sur la gauche de la page d’accueil, sous le titre « CATEGORIES », vous trouverez une mine de sites tous aussi utiles les uns que les autres qui vous feront décoller dans le vaste monde de l’aéronautique. Vous y trouverez bien sûr des informations sur le BIA mais aussi des établissements, des institutions, des MOOC, des chaînes vidéo étonnantes avec des liens comme, par exemple, une réponse à la question « combien pèse un nuage ». On y trouve une catégorie très utile: FORMATIONS ET MÉTIERS DE L’AÉRIEN et d’autant plus utile qu’un flux RSS est proposé pour pouvoir s’y abonner, c’est le cas pour toutes les catégories proposées, vous pouvez sélectionner le type d’abonnement que vous souhaitez. C’est un site très riche et passionnant. Dans une même page, les fusées peuvent croiser les avions, les ULM, planeurs, drones et cerfs-volants. L’auteur de ce blog, Laurent Leroy, évoque aussi les magazines, livres et la documentation pratique ou officielle qui traitent de l’aéronautique et de l’espace. Virtuellement, en cliquant sur son site, c’est un peu comme si vous entriez à la fois au Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget mais aussi dans un aéroclub de province en faisant un détour par la Cité de l’Espace de Toulouse, sans oublier les richesses partagées provenant de la FAA, la DGAC, Météo France, l’AESA, la NASA et l’OACI et bien d’autres archives. Autre page appréciable, le site met à disposition des visiteurs une collection de liens tous très utiles:

http://blog.ac-versailles.fr/brevetinitiationaeronautique/index.php/category/Sites-web-a%C3%A9ro

Laurent Leroy a écrit plusieurs centaines d’articles sur son blog depuis janvier 2013. On peut se demander comment il fait pour glaner autant de pépites de l’actualité aéronautique mais de son propre aveu, il souhaiterait en faire plus et il reconnaît volontiers que le temps lui manque pour aborder plus de sujets. Cet enseignant d’Education Physique et Sportive est attiré depuis toujours par le vol. Au point qu’il décroche son brevet de pilote d’ULM. Il va ensuite rencontrer dans la communauté des pilotes d’Ultra-Légers Motorisés un autre enseignant, Pascal Bret, qui lui présente l’intérêt du BIA pour les jeunes. Il décide alors d’encadrer ces activités aéronautiques en passant l’examen et obtient le CAEA. En 2011, il fait le constat d’un manque de supports pour enseigner les modules du BIA et a l’idée d’utiliser les  TICE. Visiblement passionné par ce qu’il fait, il poste depuis des articles à un rythme régulier et assez soutenu vu la qualité des contenus qui demandent forcément beaucoup de préparation et de recherche. Il capte des informations d’intérêt indéniable et les partages. Concrètement aujourd’hui, n’importe quel enseignant CAEA peut faire cours grâce à son site si la salle est reliée à internet. N’importe quel candidat BIA-CAEA peut préparer son examen en puisant dans ses pages. Utile aussi, un moteur de recherche en haut à gauche vous donne tous les articles répondant à une demande. C’est grâce à la bonne volonté de gens comme Laurent Leroy que des générations d’aviateurs naissent lesquels peuvent revenir sur son site pour s’informer car les amateurs et professionnels de l’aéronautique peuvent trouver satisfaction dans ses articles qui réunissent des informations technologiques, commerciales, historiques, sportives, scientifiques et culturelles de l’aéronautique et de l’espace. Vraiment, allez jeter un oeil. Vous ne serez pas déçu mais surveillez tout de même la montre car vous risquez bien de ne pas décrocher:

http://blog.ac-versailles.fr/brevetinitiationaeronautique/

Enfin, en plus de ce travail, Laurent Leroy doit gérer au lycée l’association mise en place pour la construction du premier aéronef avec ses apprenants. Il souligne que cette réalisation n’aurait pu s’accomplir sans la complicité dans cette entreprise avec son collègue Jean-Louis Millan, instructeur de vol à voile. Ils ont le projet d’aller au prochain salon du Bourget pour présenter leur avion mais cherchent encore de nouvelles subventions. Laurent Leroy rappelle que sans ces soutiens précieux venus de messieurs Bret et Millan, ils n’en seraient pas là aujourd’hui, avec une telle activité aéronautique. Bravo et bonne chance pour ces beaux projets.

DERNIÈRES INFOS AERONAUTIQUES BIA-CAEA

Le Bourget, SIAE 2009
LE BOURGET 2009 – Photo: Toni Giacoia

Oyez, oyez! Les inscriptions aux examens BIA (Brevet d’Initiation Aéronautique) et CAEA (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Aéronautique) seront ouvertes à compter du lundi 1er février jusqu’au vendredi 11 mars 2016. En ce qui concerne l’Académie d’Orléans-Tours, toutes les informations sont à jour à cette page pour les départements du Centre-Val de Loire (Cher (18), Eure-et-Loir (28), Indre (36), Indre-et-Loire (37), Loir-et-Cher (41) et Loiret (45):

http://www.ac-orleans-tours.fr/examens_et_concours/informations_examens/aeronautique_bia_et_caea/

Le BIA est une excellent moyen de s’initier à l’aviation et l’aérospatiale. Bon nombre de vocations aéronautiques sont nées de ce dispositif interministérielle et il connaît une croissance sans précédent depuis ces dernières années. Toutes celles et ceux qui ont suivi ce cursus ne le regrettent pas car on y apprend énormément de choses passionantes et le BIA peut entraîner des facilités sous formes d’aides lors des premières heures de vol des jeunes qui souhaitent devenir pilotes.

ENSEIGNEMENT AERONAUTIQUE

Voici une nouvelle page dédiée à l’enseignement aéronautique. Elle regroupe des liens qui dirigent vers des cours, des ressources pédagogiques, des livres, des annales et même des tests en ligne pour préparer le BIA (Brevet d’Initiation Aéronautique) et le CAEA (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Aéronautique)

Afin de consulter cette page, cliquez sur l’onglet ci-dessus « BIA-CAEA » entre « Home » et « CATEGORIES » ou cliquez sur ce lien: http://airforces.fr/bia/

CAEA – Certificat d’Aptitude à l’ENSEIGNEMENT AERONAUTIQUE

Les professionnels de l’aéronautique sont de plus en plus amenés à communiquer en anglais. Il importe de bénéficier d’une formation en anglais général mais aussi en anglais spécialisé pour pouvoir rester compétitif sans compter qu’il y va de la SECURITE DES VOLS (FCL .055, Part 66, etc).

Certains défauts de compréhension voire d’expression en anglais aéronautique ne viennent pas toujours de la terrible « barrière des langues » mais quelquefois aussi d’un manque de connaissances dans certains secteurs de l’aviation et de l’aérospatiale. C’est d’autant plus compréhensible que ces sciences couvrent de vastes domaines langagiers. Par exemple, l’ATPL et le CPL (licences pilote pour avions de ligne) totalisent 14 modules de formations qui concernent la sécurité des vols, la physique, le droit, la météorologie, la médecine, la communication et le facteur humain entre autres et que cela soit en anglais ou en français.

Deux exemples parmi tant d’autres:

  • Le terme anglais « CANOPY » peut à la fois désigner la verrière de l’avion de chasse, la voile du parachute mais aussi la canopée qui est l’étage supérieur d’une forêt. On comprend bien ici que lors de messages d’urgence échangés à basse altitude, l’usage des trois significations au travers du même terme pourrait engendrer une confusion.
  • Le terme « BEARING » peut désigner un roulement d’un train d’atterrissage ou de charnière de trappe par exemple. En navigation, ce même terme signifie aussi le gisement ou le relèvement par rapport à une balise par exemple. Il est ici peu probable que ce terme engendre une incompréhension mais c’est sans compter sur l’aspect phonétique. En effet, il est possible, pourquoi pas, d’entendre les noms propres « Bering » et « Baring » lors d’une conversation concernant un aéronef ou un vol.

Par conséquent, quiconque se lance dans l’anglais aéronautique à des fins de traduction ou de communication a certainement intérêt à étudier l’aérospatiale dans ses différents aspects tout en conservant une approche globale. C’est en quelque sorte ce que propose en France le CAEA (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Aéronautique).

Le programme du CAEA, le même que celui du BIA mais en plus abondant, consiste en 5 modules:

I. MÉTÉOROLOGIE ET AÉROLOGIE

1. L’atmosphère;

2. Les masses d’air et les fronts;

3. Les nuages;

4. Les vents;

5. Les phénomènes dangereux pour le vol.

II.  AÉRODYNAMIQUE, AÉROSTATIQUE ET PRINCIPES DU VOL

1. La sustentation de l’aile, résistance de l’air, profils d’ailes, portance, traînée, polaire, finesse, moment;

2. Le vol stabilisé, le vol plané, le vol motorisé;

3. L’aérostation, les ballons à air chaud et les ballons gonflés au gaz;

4. Le vol spatial, la trajectoire de lancement, la mise en orbite, le vol orbital et spatial.

III. ETUDE DES AERONEFS ET DES ENGINS SPATIAUX

1. Classification des aéronefs et des engins spatiaux;

2. Les groupes motopropulseurs;

3. Structures et matériaux;

4. Les commandes de vol;

5. L’instrumentation de bord.

IV. NAVIGATION, REGLEMENTATION, SÉCURITÉ DES VOLS (NRS)

1. La navigation:

Les grands principes de la navigation; les outils de la navigation.

2. La réglementation aéronautique:

Les organisations; contrôle d’un aéronef; l’organisation de l’espace aérien; les titres aéronautiques.

3. Sécurité des vols:

La gestion des risques; performances humaines et limites; prise de décision.

V. HISTOIRE ET CULTURE DE L’AÉRONAUTIQUE ET DU SPATIAL

1. Du mythe à la réalité;

2. Des précurseurs aux pionniers;

3. Les enjeux militaires et les évolutions de l’aéronautique et du spatial.

L’intégralité de ce programme se trouve à cette adresse: http://cache.media.education.gouv.fr/file/11/36/0/ensel0691_annexe_398360.pdf

Le diplôme du CAEA permet à des étudiants, maîtres et professeurs de

Diplome CAEA Certificat d'Aptitude à l'Enseignement Aeronautique
Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Aeronautique

fournir un enseignement dans le domaine de l’aéronautique et de l’espace dans les établissements scolaires et universitaires. L’Education nationale exige l’encadrement de toute activité aéronautique en milieu scolaire ou universitaire par un détenteur du CAEA qui permet aussi sous certaines conditions de devenir instructeur en aéroclub sur avions ou ULM. A l’inverse, les instructeurs pilote privé ou pilote vol à voile sont reconnus titulaires, par équivalence, du CAEA.

L’examen du CAEA est orga­nisé dans chaque académie, par les Comités d’Initiation et de Recher­che Aéronautique et Spatiale (CIRAS). Les établissements proposant des sessions se sont multipliés ces dernières années et il est désormais plus facile de trouver un centre d’examen plus ou moins proche.

Le programme du CAEA a été établi par la COMIXA (COmmission MIXte Aéronautique entre ministère de l’Education Nationale et ministère des Transports). Le diplôme est délivré conjointement par les deux ministères. Il sanctionne une aptitude à enseigner l’aéronautique l’aérospatiale et même s’il n’a officiellement que Bac +2 comme équivalence, il est fortement recommandé de bien étudier tous les modules. En effet, si les pilotes et professionnels de l’aéronautique peuvent l’obtenir sans difficultés (il faut préciser qu’il s’agit d’un QCM), sans entraînement un pilote peut tout à fait échouer à cet examen car 20 questions sur 100 sont consacrées à l’histoire de l’aéronautique et quelques questions abordent l’espace.

Des épreuves facultatives sont possibles suivant les centres d’examen:

– aéromodélisme et fusées
– aérostats
– aérodynes
anglais aéronautique
– construction amateur

Pour la session 2016, l’anglais aéronautique sera la seule option retenue, elle permettrait de glaner au maximum deux points sur vingt de la note finale.

Le COMIXA et les CIRAS proposent aussi un BIA (Brevet d’Initiation à l’Aéronautique) dont le niveau de difficulté est bien plus abordable mais il ne permet pas d’encadrer une activité aéronautique ni d’enseigner.

En général, la date de clôture des inscriptions au CAEA et au BIA se situe à la mi-mars de chaque année et la date des examens à la mi-mai. Il n’y a qu’une session par an.

En ce qui concerne la demande d’obtention par équivalence du CAEA il y a 2 sessions par an. Les dossiers de demande doivent être adressés au plus tard:

  • mi-avril pour une session en juin
  • mi-septembre pour une session en octobre

Certains CIRAS et établissements proposent des formations pour préparer ces examens. Toutefois il est possible de se préparer en autodidacte grâce à la bibliographie suivante:

  • Manuel du pilote d’avion
  • Manuel du pilote de vol à voile
  • Manuel du pilote d’ULM. (Ed. CEPADUES)
  • A.C. Kermode – Mécanique du vol (Ed. Eyrolles)
  • VAILLANT, Météorologie (Fd. Teknea)
  • Manuel du CAEA (CIRAS/Académie de Créteil – Charles Pigaillem, Edition « CAEA-editvolez »)
  • Autres, et en particulier les productions de Météo France, du musée de l’air et de l’espace, du CNESS, etc.

Il convient de vous renseigner auprès de vos organismes et académies ou même par internet pour vérifier les textes officiels, un éventuel changement de programme, de modalité d’inscription, d’équivalence, de date de clôture d’inscription ou de date d’examen.

HUMAN FACTORS – Situation awareness and confusion

Here is an example of perception confronted with reality at night, in conditions of fog and poor visibility. What happened at Theodore Francis Green Airport, in Warwick, Rhode Island, could have turned into a major disaster. Listen and watch the video: